ARMANDO GARLUN

du 16.05.18 au 26.05.18

De son vrai nom Armando Garcia Luna, Garlun est né à Monterrey au Mexique lorsque le pays baignait dans un courant grandissant au niveau culturel et intellectuel en Art moderne ; courant qui succédait au mouvement avant-gardiste européen.

Sensible à cette idéologie, nourrit par la connaissance scientifique et artistique, il mena de front différentes activités.

Au niveau professionnel, le « Doctor Cemento » ou « Docteur Ciment », comme il est surnommé, est largement connut et reconnut dans le milieu de la cimenterie et de l’industrie du béton pour ses diverses découvertes et brevets dans cette spécialité.

Son talent et sa créativité, nous pourrions même dire sa passion pour les arts in extenso, ont été le moteur dans sa recherche permanente de la beauté et de la compréhension de l’univers humain. Lorsqu’il commença ses études dans les Arts Plastiques vers la fin des années 1960, il s’imposa dans différents domaines tels que la peinture, le stylisme. Par ailleurs, il dirigea aussi l’une des entreprises du monde télévisuel les plus importantes du Mexique.

Sa démarche scientifique, son approche spirituelle l’ont poussé à rechercher, risquer avec succès ; imaginer, créer et concrétiser ; chercher et trouver ; pour finalement, nous introduire, dans un monde de représentation picturale allant de l’absence totale de couleur, vers une déclinaison fusionnelle en arc-en-ciel de nuance, jusqu’à atteindre l’ultime pureté de chacune d’elle.

Du reste, Eduardo Jiménez, docteur en Art Thérapie, décrit son œuvre comme un « défi au spectateur.[… ] Il nous plonge dans un monde sans règles, […] dans une explosion de couleurs et d’expressions.[…]

Partant d’un point de vue microscopique de la matière brute, qu’il connaît bien, usant de la précision millimétrique des éléments, juxtaposant les points (sans être pointilleux), les lignes, l’utilisation quasi-imperceptible à l’œil de feuilles en couches successives, il construit et nous immerge dans le monde cristallin de sa réalité.[…] Finalement, les reliefs façonnent des formes, les formes créent des contes, ces contes nous racontent des histoires, ces histoires quotidiennes, [les] siennes et [les] nôtres, [empreintes de] passion, intense, de force de volonté, [ qui nous mène] au chaos ou [à] la paix ».